Pourquoi les adolescents sont-ils accros aux jeux vidéos ?

La fascination exercée par les jeux vidéos peut provoquer chez les adolescents un phénomène de dépendance. De façon solitaire ou entre amis, sur une console, un smartphone ou un ordinateur, devant un écran, ils consacrent beaucoup de temps ou passent une grande partie de la journée à jouer au jeu vidéo qui devient un de leurs passe-temps favoris ou une activité envahissante. Le tout au détriment de loisirs extérieurs comme par exemple le football avec les copains ou la voiture téléguidée avec le petit frère. L’origine de cet usage problématique des jeux vidéo peut être liée au laxisme des parents, à un désir d’évasion des adolescents ou à une tentative de gestion de l’angoisse.

Le laxisme des parents

Un manque de vigilance de la part des parents peut amener l’adolescent à passer plusieurs heures d’affilé sur sa console à s’adonner à un ou divers jeux vidéos. Avec le temps, une habitude naît, l’adolescent joue régulièrement, et est même débordé par ce loisir. Avec l’absence de limite imposée par les parents, il devient peu à peu un accro aux jeux vidéos. Lorsqu’ils ne définissent pas une durée maximale d’utilisation des consoles ou une plage horaire au cours de laquelle l’adolescent peut jouer, l’usage devient problématique. Puis,  la pratique devient également excessive chez les adolescents quand les parents n’envisagent pas l’utilisation d’outils (logiciels) pour le contrôle des jeux vidéo dans les ordinateurs.

Console de jeu Nintendo Game Boy Advance

Aussi, quand les parents ne maintiennent pas le dialogue avec leur adolescent et n’envisagent pas de passer des moments agréables avec celui-ci, ce dernier préfère les jeux à la vie familiale. Il va donc s’enfermer dans sa chambre et passer son temps à jouer. Le contrôle parental devrait être établi et suffisamment ferme pour que l’enfant n’ait pas accès aux jeux dans sa chambre ou à certaines heures de la nuit. Quand les ordinateurs, les tablettes ou les dispositifs avec lesquels l’adolescent joue, ne sont confisqués au cours de la nuit par les parents, les jeux vidéos deviennent une passion.

Lorsque les parents n’apprennent aux adolescents à jouer de manière mesurée, ne les encadrent pas ou ne les éduquent pour éviter une pratique excessive des jeux vidéo, ces derniers deviennent des accros, ils en font un usage passionnel. Ainsi, le fait que l’adolescent soit un accro peut être lié au laxisme des parents ou à une éducation laxiste.

Des jeux vidéos, pour assouvir un désir de fuir la réalité

La réalité du monde extérieur est marquée par des contraintes et des exigences. Pour échapper à ces impératifs, l’adolescent se réfugie dans les jeux vidéo, préférant ainsi le monde virtuel. A travers le jeu, il met à distance l’environnement, les règles du quotidien imposées par les adultes. Quand il ne parvient pas à s’adapter à la réalité, il se tourne avec passion vers les jeux vidéo qui deviennent une sorte d’échappatoire.

Le jeu lui permet de créer un écran, une sorte de bulle qui lui permet d’être éloigné des pressions du monde, des adultes ou des situations particulièrement difficiles telles que la perte d’un être cher, une rupture amoureuse difficile, une souffrance psychique. Confronté à ces réalités qui le font souffrir sur le plan psychique, l’adolescent s’adonne au jeu pour essayer de les fuir ou pour soulager cette souffrance interne. Cet usage immodéré des jeux vidéo est un investissement dans un monde virtuel préférable au monde extérieur qui est parfois contraignant ou douloureux pour l’adolescent.

Perdu dans son jeux vidéos (Minecraft)...

Une tentative de gestion de l’angoisse

L’adolescence est une période au cours de laquelle le sujet est confronté à des profonds changements physiques et psychiques, des incertitudes liées à l’existence humaine, des bouleversements au niveau de la relation avec le monde qui le confrontent à une série d’angoisse (crise d’angoisse, angoisse nocturne, angoisse d’abandon …).

Cette angoisse chez l’adolescent est associée à des sentiments d’appréhension, à l’inquiétude, à une terreur, à une crainte réelle ou imaginaire d’un danger, d’un malheur ou d’une souffrance. Plus l’adolescent est angoissé, plus il s’adonne aux jeux vidéo pour apaiser ce mal-être, pour éviter ou pour dissimuler l’angoisse. La relation privilégiée qu’il entretient dorénavant avec la console de jeux lui permet d’échapper à l’angoisse ou pour lutter contre une sensation d’extrême malaise.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.